Robert Charles Wilson : les humains face à l’inconnu

portrait de R.C. Wilson, auteur de SF dont SpinS’il est bien un auteur actuel de science-fiction qui mérite d’être présenté ici, c’est Robert Charles Wilson, tant ses œuvres recueillent de succès en France, en Angleterre et Outre-Atlantique ! Je suis moi-même très friand et admiratif de ce qu’il écrit.

Dans ses écrits, il aime souvent mettre ses personnages face à des phénomènes en apparence incompréhensibles et imaginer comment ils y réagissent : bouleversements spatio-temporels, univers parallèles, rencontres avec des “choses” extra-terrestres étranges…

Après une rapide présentation de l’homme, vous trouverez sa bibliographie et toutes les chroniques que j’ai faites sur ses livres.

Lire la suite

BIOS ou l’exploration de l’hostilité biologique

Isis, l'exoplanète hostile de la nouvelle de sf de R.C. WilsonVoici ma première chronique dans le cadre du concours Je Lis des Nouvelles et des Novellas (JLNN) lancé par le blog Un papillon dans la lune ! Pour cela, j’ai jeté mon dévolu sur une novella de Robert Charles Wilson écrite en 1999, j’ai nommé : BIOS.

Ce récit est un peu long pour une novella (300 pages) mais je le range dans cette catégorie car l’histoire ne traite que d’un seul évènement et qu’elle donne vraiment un sentiment de brièveté de l’action, de précipitation et de montée crescendo jusqu’à un paroxysme…

Lire la suite

Embarquerez-vous pour l’observatoire de Blind Lake ?

Avec sa couverture dessinée par Manchu où le Homard (qui n’en est pas un) semble peiner à marcher dans le sable sous un ciel d’un orange inconnu, le roman de Robert Charles Wilson, nommé “Blind Lake”, peut avoir de quoi rebuter ceux (et celles !) qui n’aiment pas les bestioles !

Initialement publié chez Denoël, il est ici question de bien autre chose… Pas d’extra-terrestres grouillants et envahissants, juste une placide observation à distance depuis le site de Blind Lake. Enfin, au début du moins. Car la Nouvelle Astronomie réserve bien des surprises aux êtres humains !

Moi en tout cas, j’ai trouvé ça vertigineux et tout comme le jury qui lui a décerné le prix Aurora en 2004.

Lire la suite