Qu’apprendre du recueil de nouvelles d’un auteur célèbre ?

Les leçons d'écriture tirées des nouvelles de BuzzatiLa nouvelle intitulée “Le K” ouvre ce recueil du même nom, écrit par Dino Buzzati, un célèbre auteur italien. Elle est suivie par une cinquantaine d’autres nouvelles. Même si ce n’est pas de la SF et que ces textes appartiennent plutôt à un genre réaliste ou fantastique léger, j’ai choisi de le lire afin d’observer son écriture et de faire ici la chronique pour partager avec vous ce que j’aurais retiré de cette lecture.

J’ai trouvé que ces nouvelles étaient de qualité inégale mais un certain nombre d’histoires ont retenu mon attention. C’est de ces textes dont je vais vous parler maintenant.

Je publie cette chronique dans le cadre du concours Je Lis des Nouvelles et des Novellas (JLNN) lancé par le blog Un papillon dans la lune dont je salue l’auteure au passage 😉

Résumé et observations

Dino Buzzati auteur de nouvelles parfois un peu fantastiquesJ’ai bien évidemment apprécié “Le K” même si je trouve qu’on sent venir la chute. Le style d’écriture est rythmé et la construction du récit fonctionne bien. En soi, ce texte illustre bien la difficulté de trouver le bonheur si l’on passe à côté de sa vie en courant après le travail, en ayant peur de la mort, de la perte… Et je pense que c’est pour ça que ce texte a contribué à la célébrité de Buzzati : car il développe un questionnement universel sans le dire, juste en montrant ce que fait le personnage.

Beaucoup de ses nouvelles parlent des travers de notre société et du fin vernis de civilisation qui s’écaille dès qu’on gratte un peu… Inégalités, intolérances, injustices sociales, Buzzati met ses personnages dans des situations extrêmes ou inacceptables et imagine leurs réactions. “L’oeuf“, avec sa touche de fantastique absurde, en est la parfaite illustration. “Le veston ensorcelé” parle de l’attrait de l’argent, “Chasseurs de vieux” du rejet des personnes âgées et “Dix-huitième trou” de l’égoïsme. Quant au “Secret de l’écrivain“, l’auteur semble se fait plaisir en réglant certains comptes avec les critiques littéraires ;-D

Parmi les autres histoires qui marchent, j’ai remarqué que plusieurs d’entre elles étaient plantées dans un contexte minimaliste. Cela en faisait des récits courts, mais comme je l’ai dit au sujet de Permafrost, ils peuvent néanmoins être très efficaces (d’autant plus efficaces pour certains !). Dans cette catégorie figure “A monsieur le directeur“, “Le casse-pieds” ou encore “Et si ?“.

Une leçon au sujet des chutes

Le K, recueil de nouvelles de Dino BuzzatiEn lisant ce recueil et en prenant quelques notes rapides, j’ai compris certaines choses sur le fonctionnement des nouvelles et de leur chute.

Parfois cette chute est inattendue – par exemple, dans “L’humilité” ou “Pauvre petit garçon” – et parfois elle renverse carrément l’ordre des choses ! Je pense notamment à “L’arme secrète” où les USA se transforment en communistes et l’URSS devient capitaliste.

Mais j’ai appris que, pour qu’une nouvelle soit efficace, sa chute n’est pas nécessairement surprenante : elle peut être l’aboutissement logique et attendu d’un processus, comme “Le défunt par erreur“. Ressentir la détresse de ce personnage a été pour moi une expérience saisissante !

D’ailleurs Buzzati écrit même des nouvelles sans chute, des textes qui sont plutôt des chroniques d’une époque ou d’une situation. C’est l’idée développée dans l’histoire qui doit être originale ! Dans cette catégorie rentre “La leçon de 1980” où les plus riches et puissants de ce monde meurent à tour de rôle, par ordre décroissant d’importance. Bientôt, tout le monde se met à l’argent et le pouvoir…

Il est important qu’elle suscite la curiosité et le plaisir chez le lecteur pour lui donner envie de suivre l’auteur jusqu’à la conclusion de son récit.

Alors, si vous écrivez aussi des nouvelles et que vous voulez éprouver et étudier par vous-même le style de cet auteur, je vous recommande son recueil !

.

A votre tour, n’hésitez pas à partager dans les commentaires les leçons que vous a enseignées la lecture de certains ouvrages ou recueil de nouvelles tels que le K.







Déjà 61 commentaires pour “Qu’apprendre du recueil de nouvelles d’un auteur célèbre ?

  1. Koljenovic Almina

    Bonojour,

    Je traivaille sur le texte “Et Si” en francais et je doit faire un exposé. Par contre j’ ai quelques difficultés, je ne sais pas quelle est la chute de cette nouvelle. De plus il faut que j explique les thèmes principaux et le message au lecteur.
    Ce serait très gentil de votre part si vous pourriez m´aider.

    Merci d’avance

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Comme l’article date un peu, je vais reprendre mon exemplaire du K et tâcher de vous répondre assez vite 😉
      Bonne réussite pour cet exposé !
      Jérémie

      Répondre
      1. Jennifer

        Bonjours j’ai besoin d’aide sur la nouvelle le k je voudrai savoir c’est koi la valeur littéraire de la nouvelle et dans kel passage je peu le retrouver ?
        Svp

      2. Jérémie Auteur de l’article

        Bonjour Jennifer,
        Je ne sais pas ce que tu entends par “valeur littéraire”, mais pour moi, cette nouvelle parle de la peur de vivre qui peut nous rendre malheureux jusqu’au dernier jour. Cela est développé tout au long du texte et est révélé à la fin par le message que délivre le monstre marin.
        En espérant avoir répondu à ta question,
        Jérémie

    2. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Je viens de relire “Et Si”. Pour moi, la chute est le moment où le Dictateur réalise qu’il est amoureux et qu’il a en réalité entrepris la conquête du monde dans le seul but de pouvoir trouver l’amour, que l’amour est la seule chose qui ait vraiment un sens pour lui. Mais qu’il est passé à côté…
      Le message, toujours selon moi, c’est qu’il est dommage de passer toute sa vie à travailler, à essayer de conquérir les sommets dans le domaine professionnel et de rater le plus important (en tout cas, ça semble être l’avis de Buzzatti), à savoir les relations humaines en général et la relation amoureuse en particulier.
      Et donc les 2 thèmes qui s’opposent sont le domaine professionnel (le personnage y brille, domine la planète entière qui l’adule à l’unanimité, les mots employés sont très nombreux dans ce champ lexical, le contrôle, l’intellect) et le domaine amoureux (le personnage semble être désemparé comme un nouveau-né et la jeune fille l’ignore royalement, on y parle de la sensibilité, la délicatesse, l’émotion, l’affect).
      Voilà quelques réflexions qui, je l’espère, vous aideront pour votre exposé 😉 Bonne réussite !
      Jérémie

      Répondre
  2. Lola

    Bonjour,
    J´ai trouvé votre article très intéressant, j´ai lu moi aussi les nouvelles de Dino Buzzati et parmi mes préférés se trouve la lecon de 1980, la seule question que je me pose sans cesse et de savoir pourquoi dino buzati a décider de choisir de Gaulle pour humilier et nons pas un autre personnage ? Et vous qu´en pensez-vous ?

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Merci pour votre commentaire. La leçon de 1980 est effectivement assez cocasse et surprenante 🙂
      Beaucoup de personnages politiques de l’époque en prennent pour leur grade, de Gaulle par forcément plus que les autres, même si Buzzatti lui imagine une vie plus longue qu’elle n’a été en réalité (il est mort en 1970). Peut-être l’auteur avait-il trouvé de Gaulle prétentieux ou grisé par le prestige dont il a joui en France à une certaine époque ? Peut-être y a-t-il eu des tensions entre de Gaulle et l’Italie ? Je ne connais pas assez l’histoire de ces années-là pour pouvoir le dire…
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  3. Koljenovic Almina

    je vous remercie , maintenant je comprends mieux l histoire!
    Vous m’avez beaucoup aidé 🙂

    Amicalement,
    Almina

    Répondre
  4. Cyril

    Bonjour merci pour cette explication est ce que vous pourriez me dire quels sont les thèmes de ce livre car j ai du mal a les trouvers merci d avance

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Cyril,
      Il n’est pas évident de résumer les thèmes de ce recueil de nouvelles car chaque texte est différent… Mais globalement, on peut dire que Buzzati aborde souvent le thème de la célébrité et du travail d’écrivain, celui du pouvoir politique et de la dictature, ainsi que celui de la solitude, de la mort et du sens de la vie.
      Je ne sais pas si je suis exhaustif, mais cela couvre au moins une partie de son œuvre littéraire.
      En espérant vous avoir aidé,
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  5. Cloé

    Bonsoir!
    J’ai un travail à réaliser pour la rentrée sur ce recueil, il s’agit d’un travail sur le bonheur et sa présence dans les nouvelles, pour cela j’avais cinq nouvelles à choisir, j’ai donc choisi: le k, le petit ballon, et si? , jeune fille qui tombe…tombe, quizz aux travaux forcés et enfin les bosses dans le jardin. Et deux consignes : trouver la place du bonheur dans chaque texte, un par un, puis faire part des points communs et des différences dans la façon de traiter ce thème qui n’est autre que celui du bonheur.
    J’ai trouvé ces nouvelles particulièrement intéressantes et j’ai déceler quelques points communs et différences littéraires et stratégiques afin de faire réfléchir le lecteur sur le bonheur. Mais j’aimerais avoir votre avis là-dessus, ai-je choisi pour vous des nouvelles représentatives ou ayant un lien direct voir indirect avec le bonheur ? Et pour vous comment Buzzati s’y prend-il pour nous faire part du bonheur ?
    Je vous remercie, bonne soirée.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Cloé,
      Je n’ai plus en tête toutes les nouvelles que vous citez, mais concernant “le K”, je trouve que le personnage passe complètement à côté du bonheur en cherchant à l’atteindre (= en cherchant à fuir le monstre). Il ne voit pas que le bonheur est juste sous ses yeux, il ne le reconnaît pas… Jusqu’à ce qu’il soit trop tard et qu’il ait atteint la fin de sa vie. Buzzati montre ce qu’est le bonheur en mettant en scène son absence.
      Bon courage pour votre travail sur ces nouvelles 😉
      Jérémie

      Répondre
  6. Cloé

    Bonjour, je vous remercie, cela m’aide à mieux comprendre cette nouvelle, il s’y prends de la même manière dans certaines autres nouvelles que j’ai choisi, voilà déjà un point commun! Encore merci. 🙂

    Répondre
  7. Cloé

    Re(bonjour!)
    Je suis désolée de vous embêter une nouvelle fois, mais je bloque sur la nouvelle les bosses dans le jardin, je ne sais pas si cette nouvelle vous dis quelque chose je vous en met un court résumé : Le narrateur jouit paisiblement de son jardin, qui n’est autre que le reflet de son âme. Un jour, une bosse apparaît dans le gazon : impossible de l’aplanir. Il apprend peu après qu’un ami très proche est mort peu avant l’apparition de la bosse. Les années passent. L’une après l’autre, les bosses se multiplient dans le jardin, chacune rappelant la perte d’un proche. Un jour, c’est un véritable talus qui apparaît.

    Et voilà mon résonnement (trop futile à mon goût!) : Je ne sais pas comment expliquer la place du bonheur là dedans, effectivement, lorsque quelqu’un de proche (ami) meurt, une bosse dans le jardin apparaît, avec pour but de rappeler au personnage principal ce qu’il avait vécu avec cette personne, ses souvenirs, et donc des moments de bonheur. ça j’ai compris mais je trouve ça un peu juste, je ne vois pas trop où est la morale, est-ce simplement le fait qu’il faut profiter des moments de la vie ? peut-être mais alors pourquoi des bosses dans le jardin? seulement pour le souvenir ? je voudrais savoir si vous avez d’autre pistes ou d’autres idées là-dessus. Je m’excuse encore une fois, merci à vous!

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Je n’ai pas lu cette nouvelle, mais j’interprète d’une autre façon que vous ce que vous m’en dites : pour moi, la bosse est quelque chose qui vient défigurer son jardin et l’empêcher d’en jouir = il n’accepte pas la mort de son ami et ça ternit son bonheur. A chaque nouveau décès, il vit de moins en moins bien, jusqu’à devenir franchement malheureux (le talus).
      Pour moi, la morale serait d’accepter la mort de ses proches, de savoir faire le deuil pour ne pas devenir malheureux.
      En espérant vous avoir aidée 🙂

      Répondre
  8. Cloé

    Ah merci beaucoup je pense que c’est en réalité la morale cachée! Oui merci beaucoup, je vais enfin pourvoir terminer mon travail ! 😉

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Pas de problème pour le coup de main, je me rappelle de l’époque où j’avais des exposés à faire… J’aurais bien aimé profiter d’internet pour trouver de l’aide (en 1ère, il y avait des cours le midi pour apprendre à se servir de Google et d’autres moteurs de recherche aujourd’hui disparus, comme Lycos).
      Bon courage pour ce travail alors 😉

      Répondre
      1. Samy

        Je travaille sur la nouvelle “chasseurs de vieux” et la question est : Qu’elle est la morale de l’histoire?
        Pourriez vous m’aider?

  9. Cloé

    Ahah, c’est vrai que les choses ont bien évoluées, et surtout avec une rapidité impressionnante ! J’ai bien essayé de me débrouiller toute seule mais c’est vrai qu’internet m’a bien était utile sur ce coup là, mais heureusement qu’il y a des gens comme vous pour répondre à nos demandes 😉 à mon tour d’être en 1è et c’est pas de tout repos ! Merci bien, plus que les points communs et différences à faire, travail bientôt achevé!
    Encore merci beaucoup pour votre aide, bonne soirée 🙂

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      🙂
      Bon courage pour la 1ère alors, c’est vrai que la quantité de travail est assez conséquente ! Sympa en tout cas de vous demander d’étudier le thème du bonheur à travers des nouvelles.

      Répondre
  10. Cloé

    Sympa, pas sûr que j’aurais employé ce terme mais pourquoi pas 😉
    J’ai bien aimé le K c’est vrai, spécial mais avec une vocation didactique assez intéressante il faut l’avouer, merci!i 😉

    Répondre
  11. Cloé

    Tout comme l’oeuvre, en parlant d’oeuvre j’ai lu une de vos nouvelles et je tenais à vous dire que je l’ai vraiment apprécié, vous avez vraiment du talent 🙂

    Répondre
  12. Cloé

    J’ai lu “misère” (il me semble que c’est le titre) avec la course poursuite dans la ville, dû à une émission de télé-réalité, et c’était bien tourné ! Je n’ai pas encore eu l’occasion d’en lire d’autres, mais je pense que ça ne saurait tarder 🙂

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Merci pour ton retour 😉 Je me suis bien amusé à écrire ce petit texte. Bonne lecture des autres alors !

      Répondre
  13. Pauline

    Bonjour, j’ai un devoir en français et je n’arrive pas a répondre à une question celle-ci est
    – Comment expliques-tu ces changements de titre?
    C’est pour la nouvelle » L’humilité
    Merci de me répondre au plus vite!

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Pauline,
      Même s’il y a dans cet article beaucoup de réponses au sujet des nouvelles de Buzzati, mon blog n’a pas vocation à faire de l’aide aux devoirs 😉 et je suis dans une période très chargée (NaNoWriMo). Toutefois, voici ce que je comprends de cette nouvelle (j’espère qu’il te reste encore du temps pour ton devoir). Pour moi, l’évolution des titres laisse d’abord penser au prêtre et au lecteur que l’on se moque de plus en plus de celui qui vient se confesser, que ceux qui l’entourent s’amusent à lui donner des titres de plus en plus pompeux pour se rire de son orgueil. Mais on découvre à la fin qu’en réalité, ces changements de titre correspondaient à l’ascension au sein de la hiérarchie de l’Église de celui qui allait devenir Pape.
      En espérant avoir répondu à ta question,
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
      1. Jérémie Auteur de l’article

        Bonjour Lamama,
        Oui, c’est moi le créateur de ce blog et non, je n’y passe pas ma vie 😉 J’écris aussi, j’ai un boulot à temps plein à côté (instit) et une vie perso !
        A bientôt,
        Jérémie

  14. Bossbien

    J’ai lu la nouvelle mais je ne trouve pas quand répondre a la question : Quelle est le personnage principal et quelle relation entretient-il ?

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      Un peu plus de précisions permettraient de mieux comprendre votre question 😉 De quelle nouvelle parlez-vous ? La relation avec qui ?
      Au revoir,
      Jérémie

      Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      Je n’ai aucune idée par rapport à ce choix… Peut-être un autre lecteur pourra-t-il te répondre.
      A+

      Répondre
  15. soumia

    Bonjoir je dois repondre a une question qui est :Dans la société actuelle, pensez-vous pas que les inquiétudes de Buzzati soient exagérées? Ou au contrair, croyez vous que le conflit des générations soit lourd de conséquences pour le fonctionnement de notre société? Sur la nouvelle <> et je n’ai aucune idée si vous pouviez m’aider s’il vous plaît je vous remercie d’avance.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Soumia,
      Je pense que les inquiétudes de Buzzati sont toujours d’actualité dans notre société : risque de totalitarisme, quête de bonheur… Et je parlerais plutôt de manque de lien entre les générations (évidemment, ça pose des soucis de fonctionnement et crée des conflits) : les parents ne savent pas / plus ce que vivent leurs enfants et ado (notamment par rapport à internet et aux réseaux sociaux), les personnes âgées sont souvent esseulées et à des années-lumière de ce qui se passe avec internet, etc. Pour moi, la cause des conflits est le manque de compréhension mutuelle.
      Je ne suis sans doute pas exhaustif, mais j’espère que ça vous donnera quelques pistes de réflexions.
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
      1. Jérémie Auteur de l’article

        Bonjour Salmara,
        Je n’ai pas pour mission de répondre aux questions sur le K. Donc un minimum serait un bonjour et un s’il vous plaît… 😉
        Pour répondre à “quels sont les sentiments qu’éprouve le lecteur en lisant la nouvelle le K”, peut-être pourriez-vous vous-même lire le texte et vous demander ce que vous ressentez ?

        Pour ma part, quand j’ai lu ce texte, j’ai ressenti du stress pour le protagoniste face au danger que représente le monstre, avec le sentiment d’être traqué en n’importe quel lieu… Puis, à l’annonce de la véritable intention du K, j’ai ressenti un sentiment de gâchis et d’injustice pour le protagoniste qui est passé à côté de sa vie, à côté de l’essentiel.

        Aurais-je le droit à un merci ?

  16. Arnaud

    Bonjour j’étudie le, k et je dois expliquer la chute de la nouvelle <> mais je comprends absolument pas! Indice pourquoi a la fin les hommes reculent lentement

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour,
      Je ne comprends pas votre question, ni de quel texte vous parlez (il y en a beaucoup dans ce recueil).
      A+

      Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir Azerty,
      Je vais regarder dans mon recueil, je ne me rappelle plus ce que raconte cette histoire. Je posterai sûrement demain, je fais d’autres choses à côté de ce blog 😉
      A+

      Répondre
    2. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Pour ce que j’en comprends, je dirais que la morale de cette nouvelle parle de l’équilibre entre le travail et l’amour dans la vie. Buzatti semble chercher à montrer qu’il est plus important de faire passer ses relations personnelles, notamment la relation amoureuse, avant son travail et la réussite professionnelle. On peut tout réussir, tout obtenir, tout conquérir dans son travail, on ne sera pas heureux si on ne trouve pas (et garde) l’amour. On pourrait aussi dire que le propos de l’auteur consiste à dire que toute la réussite, le succès et l’argent ne peuvent procurer que ce qui ne se touche qu’avec le cœur et ne peut s’acheter : le cœur de quelqu’un d’autre.
      En espérant que ça vous aide 😉
      A+

      Répondre
  17. Polina

    Bonjour! Je viens de lire la nouvelle La création et je ne sais pas de quel genre est cette nouvelle, réaliste, fantastique, policière, historique, etc. Et aussi est-ce que c’est une nouvelle à chute?
    J’ai l’impression que c’est une nouvelle fantastique…
    La nouvelle parle Du dieu et du projet des anges, de créer une planète pleine de vie (Terre). Tous les anges dessinateurs présentent leurs projets, les uns ont inventé des plantes, les autres des animaux, etc. Un ange présente son oeuvre: une femme et un homme, tout le monde se moque de lui, lui disent que c’est ridicule, etc. Le projet n’est pas accepté par Dieu. Puis à la fin de toute la soirée des projets, cet Ange redemande au Dieu d’accepter son projet. Finalement Dieu dit oui.
    C’est un petit résumé pour vous rappelez l’histoire ( si vous l’avez lue). Pouvez vous m’aidez svp?????
    Merci d’avance et bonne journée.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Polina,
      Je pense que la majeure partie des gens la classerait dans le genre fantastique, mais pour moi, c’est plutôt de la fantasy, car les éléments surnaturels pour nous (le monde des anges, la magie de créer ce que l’on veut, etc.) semble parfaitement normale aux protagonistes. Le fantastique correspond plutôt à un genre où il y a des éléments inexpliqués et surnaturels qui surgissent dans le monde normal (ici, le monde n’est pas normal).
      Il faut juste être d’accord sur ces définitions avec vos interlocuteurs. Si ça vous intéresse, je peux vous envoyer par e-mail un document reprenant la définition de tous les genres et sous-genres du fantastique et de la fantasy (j’ai suivi un MOOC sur la fantasy).
      A+
      Jérémie

      Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Michelle,
      Votre question ne me semble pas assez précise pour que je puisse y répondre : de quel contexte parlez-vous ?

      Répondre
  18. Alexia

    bonjour je dois faire un résumé de la nouvelle le k mais sans raconter la fin c a dire sans dire la chute je devrais m’arrêter où exactement quand je la raconte pour pas faire une gaffe car je dois la presentée devant ma prof et mes camarades ne doivent pas savoir la fin pour qu’il y est en quelque sorte un suspense quand ils vont la lire aidez moi svp.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Alexia,
      Je dirais que les dernières lignes ne doivent pas figurer dans ton résumé, puisque ce sont elles qui contiennent la chute. Tu pourrais développer la fuite du personnage tout au long de sa vie, en précisant seulement qu’une fois vieux, il se présente devant le monstre et que la confrontation finale a lieu… Cela ne permettra pas à tes auditeurs de se douter de la fin. Ils imagineront qu’il se fait dévorer ou qu’il tue le monstre, mais jamais ils ne se douteront de la révélation.
      Bonne réussite 🙂
      Jérémie

      Répondre
  19. aboumerghita

    Le K est une tragédie grècque par excellence. Une quête qui rappelle Ulysse, un défi au père qui renvoie à Oedipe et une vanité moderne qui renvoie à Hamlet.

    Répondre
  20. Lou-Diane

    Bonjour j’ai un travail à faire sur plusieurs nouvelle dont le k mais je n’arrive pas à comprendre la chute.Est-ce qu’il y a un rapport avec la prédiction ou peut-etre la recherche du bonheur ?
    Merci infiniment de prendre du temps à répondre au question au revoir et bonne année 🙂

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Lou-Diane,
      En effet, dans la chute du K, il y a bien un rapport avec la recherche du bonheur. Le protagoniste prend tellement peur de la prédiction en l’interprétant de travers qu’il passe sa vie à fuir, ce qui précisément le prive de bonheur. En cherchant désespérément à atteindre la paix et le bonheur, il est passé à côté.
      Bonne année à toi également et bon courage pour ce travail 😉
      Jérémie

      Répondre
  21. Sarah

    Bonjour, je dois lire pour la rentrée la nouvelle: “dix-huitieme trou”, mais je n’est oas vraiment compris l’histoire. Je dois repondre a ses questions: ” Que lui arrive-t-il a la fin? ” et ” Quels sont les explications rationnels?” pouvez vous me repondre?
    Merci de me repondre.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Sarah,
      Je viens de relire l’histoire, je la trouve amusante.
      1. En fait, la fin est une métaphore : Merizzi s’est transformé en crapaud, un crapaud assailli par un nuage de mouches. Cela correspond à ce qu’il décrivait à son ami un peu plus tôt : il se sentait “trompé” et “sucé, vidé” par tous les gens qui l’entourent, sa femme, sa fille, son futur gendre, ses parents, le fisc, etc. (il est sans doute un grand chef d’entreprise dont les gens profitent de la fortune). Il y a un long paragraphe où il énumère cela et ce paragraphe fait écho à l’un des derniers paragraphes où l’auteur décrit longuement l’action des mouches : “Il est entièrement recouvert d’une myriade de mouches qui le dévorent.” Son ressenti intérieur est devenu réalité. Et le coucher de soleil que le crapaud regarde symbolise la fin de sa vie.
      2. Pour ce qui est de trouver une explication rationnelle à cette métamorphose, on peut peut-être dire que, comme Merizzi “[se] fiche de tout” et que “plus rien ne [l]’intéresse” , les conditions sont réunies pour qu’il laisse vraiment s’exprimer ce qu’il ressent (et qu’il a dû taire pendant des décennies) et qu’il laisse se produire la transformation. Ainsi, on peut penser qu’il s’en fiche de se transformer en crapaud et de mourir. La nuit qui tombe est aussi une condition facilitante, dans le sens où on associe la nuit aux phénomènes paranormaux. Buzzati écrit même : “Le soir tombe, peu à peu les choses ressemblent toujours plus à des ombres, à des fantômes pensifs, au cœur de l’homme.” L’homme en question, c’est Merizzi : son cœur est plein d’ombres, plein de fantômes et ça commence à se manifester dans la réalité. Il est donc logique qu’il se transforme en ce qu’il est vraiment : un gros crapaud fatigué, moribond et plein de mouches 😉

      Bon, j’espère que cette réponse t’aura aidée à mieux comprendre cette histoire.
      Bonne poursuite d’études 😉
      Jérémie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *