Plus que 6 mois pour écrire avant de mourir…

Avant de mourir, je veux... Livre de John IzzoDans un passage de son livre “Ce qu’il faut savoir avant de mourir“, John Izzo  nous propose d’imaginer qu’il ne nous reste plus que 6 mois à vivre et de lister les 5 choses que nous voulons absolument faire.

Le sentiment mitigé que j’ai eu par rapport à l’écriture a été très révélateur des difficultés que je peux rencontrer…

 

Il y a 3 semaines, je parlais dans cet article des difficultés que j’avais parfois à écrire et qui m’amenaient à procrastiner en errant sur internet. Ces temps-ci, ça va mieux pour plusieurs raisons :

  • j’ai appliqué avec efficacité un protocole d’autohypnose dont je vous parlerai bientôt,
  • j’ai décidé de faire le NaNoWriMo et ça me motive beaucoup (je vous en reparle en début de semaine),
  • et j’ai lu ce livre de John Izzo.

 

ce_qu_il_faut_savoir_avant_de_mourir_john_izzoJohn Izzo a interviewé des centaines de personnes américaines, âgées de 60 à 106 ans et décrites comme “sages” ou “heureuses” par leurs proches.

Dans cet ouvrage, il a extrait de leurs témoignages des “perles de sagesse”, des choses qu’il est indispensable de savoir et d’appliquer pour être heureux (vous en trouverez 2 en orange plus bas).

Il leur a posé des questions comme “Qu’est-ce qui compte vraiment dans la vie ?” , “Qu’est-ce que vous regrettez de n’avoir pas fait ?” , “Quelle a été la décision la plus importante de votre vie ?” , etc. Je vous encourage vivement à le lire, ça fait vraiment voir les choses autrement et reconsidérer nos priorités.

 

Je connaissais la plupart de ces perles de sagesse (et j’imagine que vous aussi), mais je ne les mets pas toutes toujours en application, comme si j’avais l’illusion d’être éternel et que la vie n’aurait jamais de fin… Pourquoi donc se presser de faire ce qui est important si l’on a tout le temps devant nous ?

Pour sortir de cette perception erronée, il nous invite donc à faire certaines choses du quotidien comme si c’était la dernière fois que nous les faisions : notre petit-déjeuner, dire au revoir à notre conjoint, regarder le soleil qui se lève… Mais il propose aussi de s’installer confortablement et d’imaginer qu’il ne nous reste que 6 mois à vivre dans notre état de santé actuel, puis de lister les 5 choses les plus importantes que nous voudrions faire.

 

Ce que j’ai ressenti par rapport à l’écriture…

J’ai donc listé mes 5 choses et l’une d’entre elles était l’écriture. Mais je suis passé par 3 états émotionnels successifs :

  1. Tout d’abord, j’ai senti que j’aimerais écrire tous les jours.
  2. Puis, je me suis dit que c’était une activité qui avait tendance à m’engloutir pendant des heures et que je ne voulais pas vivre comme un ermite coupé des autres pendant les 6 derniers mois de ma vie.
  3. Enfin, j’ai pensé qu’en 6 mois, je n’aurais pas le temps d’écrire un bon roman. Alors, j’ai senti que ça ne valait même pas la peine d’écrire pendant ce laps de temps…   :-/

Cliquer sur l’image pour l’agrandir :

Avant de mourir, je veux... écrire un romanLes gens peuvent écrire leurs souhaits sur le site www.avantdemourir.fr 🙂

 

Ce que j’en tire comme conclusion

Le point 2 reflète mon attitude parfois très extrême quand j’écris : je peux écrire des jours entiers sans m’arrêter quand j’en ai l’occasion, sans sortir ni voir personne, en m’alimentant d’une drôle de manière… Cela traduit mon insatisfaction de manquer de temps pour l’écriture et mon impatience à ce que ma carrière avance vite, pour pouvoir me consacrer entièrement à cette pratique.

L’IDÉAL = 3 à 4 heures par jour seraient une bonne moyenne pendant ces 6 derniers mois, un bon compromis entre plaisir et vie sociale. En effet, parmi les 4 autres choses que je veux faire avant de mourir, il y a passer du temps avec ma famille et mes amis. Ça correspond d’ailleurs à l’une des perles de sagesse : exprimer son amour envers ses proches. Et puis, c’est le chemin (pratiquer l’écriture) qui est important, davantage que le résultat (en vivre).

 

Justement, le point 3 montre qu’en ce moment, je suis trop tourné vers la recherche de résultats et vers le regard des autres. Je ne suis pas assez centré sur mon plaisir d’écrire. C’est ce qui me crée de la tension quand j’écris et me pousse à la procrastination.

Bien sûr, l’une des finalités d’écrire est d’être lu par quelqu’un, mais la 1ère motivation doit être de se faire plaisir. Et le lecteur s’en rendra compte.

L’IDÉAL = écrire des petits textes, des nouvelles, en participant à des ateliers d’écriture, sans autre but que de me faire plaisir, plutôt que d’essayer d’écrire “le roman du siècle en 6 mois, sinon rien” ^^ .

 

=> Finalement, mon 1er ressenti était le bon et je n’aurais pas dû écouter les pensées qui ont suivi. Cependant, ce ressenti n’était pas assez précis : écrire tous les jours, seulement quelques heures et seulement pour mon plaisir.

Me donner les moyens de me consacrer vraiment à ma passion est une autre des perles de sagesse : être fidèle à soi-même, dans le sens de mener une vie en accord avec nos aspirations profondes. Pour les autres perles, je vous laisse lire le livre 😉

 

Et vous, quelle serait la place de l’écriture dans votre liste des 5 choses à faire si vous deviez mourir dans 6 mois ?







Déjà 8 commentaires pour “Plus que 6 mois pour écrire avant de mourir…

  1. Audrey

    Bonjour,

    A partir du moment où le temps est compté, on voit souvent les choses sous un autre angle… Personnellement, j’ai tombée (mais j’ai réussi à me relever) sur un site américain d’un jeune homme qui mettait en ligne une liste des choses impossibles à réaliser avant de mourir.

    Sur sa liste, il y avait de nombreuses choses pas si impossibles à réaliser, à condition de se donner les moyens (visiter le site de la Nasa, apprendre le mandarin, les voyages, les visites de sites exceptionnels, faire du surf sur la barrière de corail, porter un chapeau de cowboy et faire un tour à cheval dans le texas, etc.). Pour s’aider à réaliser certains objectifs, il se donne des dates limites, et fait un billet sur son blog à chaque chose impossible devenue possible. Mais j’avoue que j’ai perdu l’adresse du site, “impossible” de la retrouver …

    J’ai fait cette liste avec mon mari… la dernière chose impossible de la liste que vous avons réalisée était de voir les étoiles et la lune depuis un bon télescope. Le gentil père noel a papoter un gros appareil qui prend de la place dans le salon l’an dernier. Cela nous a permis, cet été, de voir la plus d’étoiles filantes et la super lune en août.
    De mon côté, j’ai indiqué de participer à des concours de nouvelles et d’en gagner un à la première place… objectif atteint en 2001 (avant la liste donc ça compte pas) mais jamais renouvelé… 🙁 j’ai encore du boulot 🙂

    “A coeur vaillant, rien d’impossible.”

    Bon dimanche
    Audrey

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir Audrey,
      Ca devait être sympa de parcourir le site de cet Américain et de voir toutes ces choses impossibles passer dans la catégorie des choses accomplies. En effet, c’est stimulant de se fixer une date limite pour réaliser ce genre de choses qui nous tiennent à cœur 😉 Bravo pour le concours de nouvelles, je te souhaite de réussir à renouveler la performance !
      Vous avez dû voir de belles choses avec votre télescope, c’est bien de se faire des cadeaux comme ça ^^ c’est une façon de prendre soin de soi. Moi je viens de m’offrir un nouvel ordinateur (je devrais le recevoir d’ici 2 jours), ça va me changer la vie, vu le temps que je passe dessus au quotidien ! Et puis comme le NaNoWriMo approche, c’était l’occasion.
      A bientôt, et je te souhaite que ta liste de choses accomplies grossisse de plus en plus 🙂
      Jérémie

      Répondre
      1. Jérémie Auteur de l’article

        Et non, je viens juste de racheter un PC… 😉 mais je tape à 10 doigts !

  2. Océane

    L’article m’a passionnée ! Et j’ai laissé ma petite patte sur le site “Avant de mourir”.

    Pour ma part, s’il ne me restait que six mois à vivre, écrire serait en deuxième position, entre “passer du temps avec ma famille et mes amis” et “avouer mes sentiments à celui que j’aime”, ahah. Ecrire est vraiment une part de moi, et je le fais par pur plaisir. Si je peux en vivre un jour, pourquoi pas ? En attendant, je ne suis qu’une petite adolescente de 16 ans qui écrit parce qu’elle aime ça. Je suis déjà lue grâce à une page Facebook, mais ça s’arrête là et ça me suffit amplement, j’écris pour moi avant tout.

    En tout cas, j’essaierais de me procurer le livre dont tu parles, parce qu’il m’a l’air passionnant !

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir Océane,
      Merci pour ton commentaire ! Pour moi aussi, il y a autre chose avant l’écriture : passer plus de temps avec ma compagne. Les personnes qui nous sont chères mériteraient qu’on leur accorde plus de temps, même quand il ne nous reste pas que 6 mois à vivre 😉 Je te souhaite en tout cas plein de bonheur à déclarer ta flamme ! Et plein de plaisir avec l’écriture (à ton âge, j’écrivais de la poésie que je n’aurais sûrement jamais osé publier sur des réseaux sociaux, haha).
      A bientôt, n’hésite pas à revenir dire ce que tu as pensé du livre si tu te le procures.
      Jérémie

      Répondre
  3. Claire

    Article très intéressant !
    C’est une question que je me pose souvent en fait 🙂 ! Si je n’avais plus que quelques mois à vivre… on pourrait me l’annoncer demain après tout… Personnellement j’aimerai pouvoir écrire une lettre d’adieu pour mes proches, pour exprimer tout ce que je ne réussirai pas à leur dire oralement, pour leur dire mon amour et ce qui me paraît le plus important. Et garder le sourire 🙂 !! Je n’aime pas l’idée d’être écartelée entre ceux que j’aime et la passion qui me dévore les trippes… Je ferai tout ce que je peux pour concilier les deux.

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Claire,
      Merci pour ton partage 🙂 Je pense que pour beaucoup de gens, la relation avec nos proches fait partie de cette liste des 5 choses à faire avant de mourir. C’est sans doute le reflet de difficultés relationnelles que l’on peut avoir avec certains membres de notre famille, notamment pour leur dire simplement qu’on les aime. Parfois, on a simplement peur de leur réaction face à un sentiment pourtant naturel, mais qui a été peu souvent exprimé. On a peur aussi d’être mal reçu, bien que dans le fond ça ne changerait pas notre amour pour eux…
      En te souhaitant d’améliorer cette situation même sans qu’on t’annonce demain qu’il ne te reste que quelques mois 😉
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *