“Une Main sur l’Épaule” : récit un peu sombre issu d’un jeu d’écriture [mini-nouvelle]

la lune dans le ciel nuageux d'une fanfiction fantasy du Seigneur des AnneauxVoici « Une Main sur l’Épaule », court texte de fantasy de 540 mots écrit pour l’atelier d’écriture Le Détrôné et un peu augmenté par rapport aux 500 mots max d’origine.

Le sujet du jeu était : “Funambule, à cheval entre deux mondes. Incarnez un de ces équilibristes en action. Il est possible d’interpréter les mots équilibres et funambules de façon plus ou moins métaphorique.”

Je me suis bien amusé avec cette 1ère mini-nouvelle en revisitant un monde et un personnage célèbre, et en extrapolant… Bonne lecture !


 

UNE MAIN SUR L’ÉPAULE

L’obscurité a englouti le promontoire rocheux où nous avons trouvé refuge et un voile nuageux masque la lune. Je recule, apeuré. Deux hautes silhouettes encapuchonnées se dressent devant moi. Comment nous ont-ils retrouvés ? Je n’aurais jamais dû m’éloigner autant du campement sans arme. Pourquoi diable ai-je laissé mon épée à côté de ma couche ? Quel imbécile je suis…

Deux autres formes spectrales surgissent de l’obscurité sur ma droite. Je recule de nouveau. À travers les nuages, la lune ne révèle rien de leurs visages dissimulés sous les pans de tissu. Je distingue seulement une noirceur hostile, sans fond, sans âme.

J’ai froid. Autour de moi, il n’y a que des rochers et l’obscurité. Où sont mes compagnons ? J’appelle, mais le silence ne me renvoie aucune réponse. Je suis seul.

Les hommes maudits s’approchent. Je recule encore, mais mon dos heurte une paroi de pierre humide. Ils se déploient en arc de cercle devant moi. Je ne peux plus m’enfuir.

— Laissez-moi tranquille, allez-vous-en !

— Nous le voulons, dit le plus grand dans un râle. Donne-le. Maintenant.

De son vêtement, il tire une longue lame, sur laquelle un éclat de lune se reflète fugitivement. Le poing qui brandit l’arme est décharné. D’un même geste, les trois autres l’imitent. Je n’ai aucune issue possible. Au fond de ma poche, ma main est tétanisée sur l’objet qu’ils convoitent. Ils s’avancent sur moi, lentement. Le piège se referme.

— Donne.

Désespéré, ne sachant que faire d’autre, je passe la bague maléfique à mon doigt. Je bascule alors dans ce monde distordu par des ténèbres épaisses. Il m’est parfois arrivé d’y trouver des échappatoires inattendues. Malheureusement, mes quatre agresseurs sont toujours présents dans cette réalité, ombres plus épaisses que la nuit elle-même. La lune s’est éteinte, comme mon espoir de leur échapper, et un vent glacial s’engouffre sous mes habits. Je sens, très loin à l’est, que l’œil inquisiteur m’a trouvé et braque maintenant son regard brûlant sur moi…

Rapide comme l’éclair, le sorcier attaque et plonge son épée dans mon épaule.

— Haaa !

La douleur est insupportable. Il retire sa lame et je tombe à genoux sur le sol caillouteux, cherchant mon air. Il n’y a pas de pitié à attendre d’eux, je le sais. Des larmes brouillent ma vue, la bague me brûle le doigt. J’essaie de me dérober, mais le démon abat sa main sur mon épaule blessée et l’écrase dans un étau.

— Donne.

Je n’arrive pas à me dégager, il me maintient au sol. Mes jambes refusent de m’obéir. Je voudrais m’enfuir loin d’ici, mais il me secoue l’épaule et crie à mon oreille :

— Frodon ! Frodon, réveille-toi mon chéri… Tu fais un cauchemar…

La voix est rassurante. J’ouvre les yeux, hébété. En face de moi, redressée dans le lit, ma femme me couve de son doux regard, une main encore posée sur mon épaule et l’autre tenant une chandelle. Les draps sont trempés de sueur et mon cœur bat très fort.

— Oh, Amélia… J’ai rêvé que l’Anneau existait encore ! Et que le chef des Nazguls m’avait…

— Chut, pas si fort…

Elle tend la main pour désigner le berceau derrière moi, à peine éclairé par la lueur de la bougie.

— Tu vas réveiller le petit.

FIN


 

frodon et l'anneau dans une courte nouvelleJ’espère que cette exploration de l’univers du Seigneur des Anneaux (dans le tome 1 : La Communauté de l’Anneau) vous aura plu !







Déjà 6 commentaires pour ““Une Main sur l’Épaule” : récit un peu sombre issu d’un jeu d’écriture [mini-nouvelle]

  1. Antoine

    Salut Jérémie,

    Tiens, tu as un nouveau blog !
    Dommage, ce n’est pas un thème qui m’intéresse spécialement mais le blog est bien fait et je te félicite.

    Continue comme ça 🙂

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonsoir Céline,
      Je suis ravi que cette nouvelle t’ait pl, j’ai hâte de pouvoir en publier d’autres (ça ne saurait tarder…) !
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre
  2. Nathan@tetris

    Très sympa cette petite histoire, je ne m’attendais pas du tout à cette fin et découvrir que c’est Frodon qui était au cœur de ce cauchemar. En tout cas ton interprétation personnelle de la contrainte “funambule” est très intéressante 🙂

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Bonjour Nathan et merci pour ton commentaire ! Ca fait plaisir.
      Les contraintes ont parfois un effet surprenant sur notre créativité et on se retrouve à faire des pirouettes inattendues pour s’en sortir 😉
      Jérémie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *