6 mois pour écrire le 1er jet de mon 2e roman : bilan + plan de corrections

Auteur gagnant Camp NaNoWriMo avril 2016J’ai enfin terminé le 1er jet de “La Balade du Détecteur” 🙂 Une sacrée aventure pour moi : ce roman ferait 600 pages au format poche ! Reste maintenant à corriger.

J’ai un plan précis pour les différentes phases de corrections et je vais utiliser 2 principaux outils qui vont me permettre de rester très motivé et de beaucoup progresser dans ma pratique de l’écriture.

 

Je suis super content d’avoir enfin bouclé ce 1er jet la semaine dernière. Six mois de travail quotidien et 143 000 mots écrits (860 000 signes espaces comprises). Ce roman est un mastodonte, j’en suis le premier surpris ! Tellement que j’envisage de le couper en 2 tomes (j’y reviens plus bas).

Pour la suite, voici ce que je planifie (conformément à mes objectifs de janvier 2016) :

  1. Une première session de corrections personnelles en planifiant un OLT chez Mère Fouettarde : 1er outil.
  2. Puis, je soumettrai des extraits sur CoCyclics pour les faire bêta-lire et j’appliquerai à l’ensemble du roman les observations faites par les bêta-lecteurs.
  3. Une soumission pour un cycle de bêta-lecture complet : 2e outil. Si le manuscrit était accepté par le collectif, cette étape me ferait énormément évoluer dans ma pratique de l’écriture. Selon moi, c’est un passage quasiment obligé pour devenir auteur professionnel et espérer vivre un jour de ce métier.

Avant de détailler comment je conçois ces 3 étapes de corrections, laissez-moi vous expliquer un peu plus la manière dont s’est passée la rédaction de ce 1er jet qui m’a demandé une grosse motivation (elle a parfois un peu flanché).

 

Le déroulé des 6 mois d’écriture de ce 1er jet

Le NaNoWriMo de novembre 2015 :

Ce fut vraiment une épreuve de longue haleine, surtout que je l’ai commencée par un sprint d’un mois : le NaNoWriMo 2015 avec 1700 mots à écrire tous les jours ! Sprint qui, en réalité, peut lui-même être considéré comme un marathon… et que j’ai trouvé éprouvant (j’ai atteint les 50 000 mots le 30 novembre à 23h !).

L’hiver d’écriture :

J’ai décidé de poursuivre l’écriture en diminuant le rythme d’un tiers : 550 mots par jour de décembre à mars. J’ai très vite explosé la date limite que je visais initialement : fin février. Le roman s’est avéré plus long que je ne l’avais imaginé. En moyenne, je me suis tenu à ce rythme malgré une pause à Noël et une autre pour remanier la 3e partie de mon synopsis en janvier (il n’était pas finalisé quand j’ai commencé le NaNo en novembre, ce qui m’a occasionné quelques soucis de cohérence). J’avoue que je me sentais à bout après cet hiver d’écriture en solitaire…

Mais heureusement, la magie d’un groupe m’a reboosté 😀

Le Camp NaNoWriMo d’avril 2016 :

En effet, je viens de finir mon roman grâce à mes partenaires d’écriture très motivés du CampNaNo d’avril. Je me suis fixé 25 000 mots comme objectif, relevant ainsi le quota quotidien à 833. Nous avons organisé régulièrement des RDV d’écriture le soir et travailler ensemble est très motivant et agréable 🙂

La bonne surprise pour moi a été de réaliser que j’écrivais plus vite qu’avant : de 600, je suis passé à une moyenne de 1000 mots/heure ! A force d’écrire tous les jours pendant 6 mois, je suppose. Cela me permet de mieux comprendre comment font certains auteurs plus expérimentés pour produire autant.

Si je me suis astreint à tenir à jour mon compte de mots après le NaNoWriMo 2015, c’est uniquement parce que ça me motive d’essayer de “vaincre” la droite bleue de la progression moyenne (voir ci-dessous). La grande question est : “Et si j’avais visé plus haut, aurais-je tenu le rythme ?” Mais bon, qui veut voyager loin, ménage sa monture 😀

Vous pouvez cliquer sur le graphique pour l’agrandir :

écrire un roman : graphique de progression du premier jet

Avec le recul, je pense que 6 mois d’écriture, c’est un peu long. Il aurait peut-être été plus avantageux d’écrire ce roman sur 4 mois en écrivant davantage chaque jour (en visant les 2000 mots quotidiens préconisés par Stephen King). Mais pour cela, il aurait fallu que je sois à mi-temps sur l’écriture, voire à plein temps !

 

Outil #1 : planifier un OLT chez Mère Fouettarde pour les corrections

Pour commencer, vous vous demandez sûrement ce qu’est un OLT ? C’est un Objectif de corrections à Long Terme. Et qui est Mère Fouettarde ? C’est un rôle joué par Akalou, un membre du forum CoCyclics qui a ouvert une discussion consacrée aux corrections.

Chaque début de semaine, les auteurs qui ont un texte à corriger se fixent un objectif en nombre de signes ou nombre de chapitres à corriger. Et le dimanche soir, Mère Fouettarde passe vérifier qui a réussi et qui a échoué. Comme son nom l’indique, elle sort le fouet pour ceux qui ont failli 😉 Ce que j’aime bien dans cet outil de travail, c’est qu’il repose sur la méthode SMART et qu’il y a une excellente ambiance : émulation, soutien et humour !

CoCyclics forum de bêta-lecture : grenouille qui fouette pour les corrections

Je viens donc d’élaborer mon OLT sous forme d’un plan de corrections en 25 points et je me suis fixé la fin août comme date butoir. Je commencerai à poster des extraits sur CoCyclics à partir de début juillet afin de bénéficier de regards extérieurs.

D’ici là, je prévois aussi de travailler sur mon pitch, mon résumé de 4e de couverture et mon synopsis de soumission. Ce dernier document, différent du synopsis de travail, me permettra de constituer mon dossier de candidature pour le cycle complet de bêta-lecture.

 

Outil #2 : le cycle de bêta-lecture

Pour faire court, le cycle se décompose en 4 phases :

  1. une alpha-lecture du roman par 2 membres : il s’agit de produire une synthèse globale du roman, de ses forces et de ses faiblesses, tant sur la forme que sur le fond.
  2. une 1re phase de corrections par l’auteur qui établit un plan de travail à partir de la synthèse qu’il a reçue (pas toujours évidente à digérer, il faut être prêt à se remettre en question).
  3. une bêta-lecture du roman par 2 membres : une synthèse détaillée chapitre par chapitre + la bêta-lecture détaillée de 200 000 sec du roman.
  4. une 2e phase de corrections par l’auteur. Normalement, à ce stade, le roman a vraiment mûri (et l’auteur aussi).

Je conçois le cycle comme un outil qui sera une étape très formatrice pour ma vie d’auteur et une clé pour le succès de mon texte. Rien qu’en alpha-lisant le roman d’une autre membre, j’ai énormément appris, par exemple sur la gestion des ambiances, les flash-backs et le problème du tell (ça mériterait un article spécifique, tiens !). Et je me suis promis, cette année, de réaliser la bêta-lecture d’un roman pour aider et partager avec l’auteur, mais aussi pour progresser davantage.

Comme je l’ai dit en intro, mon 1er jet est un mastodonte et je m’interroge sur la pertinence de le couper en 2 tomes. Le fait qu’il y ait un climax médian fort rendrait cela possible, avec vraiment un avant et un après sans pour autant que cela conclue l’acte 2. Il y aurait bien sûr une réécriture à effectuer pour que chaque tome s’autosuffise et que le 2e commence avec assez de conflit pour embarquer des lecteurs qui auraient peut-être lu le tome 1 des mois auparavant. J’espère que mes bêta-lecteurs pourront m’aider dans cette réflexion. Je m’interroge aussi sur le suspense, la longueur des dialogues et la cohérence de certains éléments comme les paradoxes temporels.

structure en 3 actes d'Yves Lavandier

Si ce que je raconte au sujet du climax médian et de l’acte 2 ressemble à du chinois pour vous, je vous invite à lire ma chronique de “La Dramaturgie” d’Yves Lavandier. Ainsi, vous comprendrez pourquoi j’ai fait de mon mieux pour concevoir l’ensemble de mon roman selon son modèle en 3 actes, ainsi que chacun des chapitres. Ils constituent donc autant de mini-histoires dont le climax est souvent l’incident déclencheur du chapitre suivant.

=> si vous voulez lire un extrait du 1er chapitre, inscrivez-vous à la newsletter pour obtenir le code d’accès à l’espace privé où je l’ai posté.

 

Bon, voilà pour ce bilan d’une expérience qui m’a tenu en haleine un long moment… et pour les perspectives qui vont m’occuper encore plus !

Par contre, je suis curieux, j’aurais une question pour les auteurs parmi vous qui auraient déjà accouché d’histoires aussi longues : sur combien de temps écrivez-vous les 1ers jets et comment faites-vous pour gérer leurs corrections ?







Déjà 3 commentaires pour “6 mois pour écrire le 1er jet de mon 2e roman : bilan + plan de corrections

  1. Ping : Raconte-moi ton Camp Nano : Jérémie – Chez Colcoriane

  2. Acharat

    Je te souhaite bon courage pour la suite de ton aventure spatio-temporelle.
    N’oublie de nous tenir au courant de sa parution. J’ai HÂTE !

    Répondre
    1. Jérémie Auteur de l’article

      Merci Acharat pour tes encouragements 😉 Je ne manquerai pas de vous tenir au courant des avancées de ce projet (en stand-by le temps de la publication de mon guide). L’été devrait être productif 😉
      A bientôt,
      Jérémie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *